Site en cours de modification et changement de serveur

Elle correspond à la distance parcourue pendant toute la durée du freinage, depuis l'appui sur le frein jusqu'à l'arrêt total du véhicule. L'arrêt n'est pas immédiat car en roulant, le véhicule prend de l'élan et se charge d'énergie cinétique (énergie cinétique = ce qui permet à un véhicule de continuer à avancer, même lorsqu'on n'accélère plus). Les freins mettent d'autant plus de temps à réduire cette énergie à zéro que la vitesse est élevée.


La distance de freinage dépend de plusieurs facteurs : 
  • État des amortisseurs ;
  • État du dispositif de freinage (réglage et état des garnitures, des plaquettes, des disques) ;
  • Charge du véhicule : plus le poids total du véhicule est élevé, plus la distance de freinage augmente ;
  • L'adhérence : plus celle-ci est réduite, comme sur sol mouillé, plus la distance de freinage augmente ;
  • La vitesse : plus celle-ci est élevée, plus la distance de freinage augmente.

Mathématiquement, la distance de freinage n'est pas fonction de la vitesse, mais du carré de la vitesse !

Par exemple : si je roule à 90 km/h , je vais 3 fois plus vite qu'à 30 km/h, mais les freins devront éliminer 9 fois (3² = 3 X 3 = 9) plus d'énergie pour arrêter le véhicule.

Attention :

 

  • L'ABS (anti-blocage des roues) ne permet pas de réduire les distances de freinage. Il permet seulement de ne pas bloquer les roues et de garder la maîtrise de sa trajectoire.
  • Une adhérence divisée par deux entraîne une distance de freinage multipliée par deux. Par exemple, par temps de pluie, elle est doublée du fait d'une moins bonne adhérence.
  • Une vitesse doublée entraîne une distance de freinage quadruplée.




Copyright @ 2011-2019 code-verificationpermis.fr. All Rights Reserved.
Design & Réalisation AurouxCommunication.fr
modifier le consentement